Afin d’assurer la défense du port qui, à l’époque, était une plate-forme importante de l’économie, le Moule s’est dotée de batteries :

La 1ère à avoir été construite est la batterie poudrière (Boulevard Cicéron) au début des années 1760. Elle est devenue célèbre lors de la bataille du Moule en 1809. Très vite, les autorités militaires se rendent compte que sa position trop centrale, au cœur du bourg la rend dangereuse dans la mesure où elle représente une cible de choix pour l’ennemi. Aussitôt, on projette de la compléter par d’autres batteries plus extérieures.

C’est ainsi que deux autres projets émergent :
La batterie « Pointe des Nègres Libres » (fortin) en 1840, dans le prolongement du quartier de la Petite Anse et la batterie « Pointe Caraïbe » au quartier de l’Autre Bord qui n’a jamais vu le jour.

L’entrée du port est jalonnée de part et d’autre d’ancres d’amarrage qui ont été partiellement immergées pour permettre aux bateaux entrants et sortants de se protéger des agressions et abordages.


Liste des points 122

Batterie du Moule
Haut de page