Introduits aux Antilles par les Espagnols dès le XVè siècle, les combats de coqs suscitent toujours beaucoup d’enthousiasme et de passions.

En Guadeloupe, les gallodromes appelé également des "pitts" sont régis par la fédération départementale, cette association a fixé des règles strictes sur les étapes du déroulement du combat :

  • La pesée ;
  • le mariage des combats ;
  • Le versement de la caution ;
  • l’engagement du combat.

Un combat de coqs peut durer juste quelques minutes, chaque combat de coqs est particulier. Dans une arène (généralement ronde), deux coqs préparés pour l’occasion s’affrontent, sous les sifflets et les encouragements des spectateurs assis en nombre sur les gradins l’entourant. Le vainqueur verra sa cote monter jusqu’à son prochain pitt alors que le vaincu… Car, même si ce sport peut apparaitre cruel, il est, aussi et avant tout, un sport d’argent, les sommes engagées sur chaque combat étant très importantes.

Les coqs de combats subissent une préparation spécifique de la part de son propriétaire, la crête subit une ablation, pour empêcher toute prise de becs, les plumes du cou, du dos des pattes sont systématiquement rasées. Au moment du combat, le coq sera muni d’un ergot en acier supplémentaire, fixé solidement sur son cinquième ergot !

Haut de page